Reportages

A la question « quel est votre reportage le plus marquant ? », je réponds : « tous ! ».  

Mon métier ne connaît pas la routine car les intérieurs, et surtout leurs propriétaires, ne se ressemblent jamais. Trouver un nouveau sujet est toujours un moment excitant ; à chaque lieu, un mode de vie, des personnalités, des goûts, des idées et des moyens différents.

De la prise de contact jusqu'à la parution d'un reportage dans la presse, c'est une aventure humaine autant qu'esthétique. On apprend à connaître ceux qui se sont investis dans le projet, propriétaires, architectes, décorateurs. On développe souvent des affinités et parfois aussi des amitiés.

 

A la première visite des lieux -le repérage-, succèdent le reportage avec un photographe professionnel puis l'interview sous la forme d'un échange informel sur la conduite du projet.

Vient ensuite l'écriture du texte qui accompagnera les photos. Chaque étape compte.

Comme les photos, l'écrit comporte des informations précises sur le projet, mais aussi une part importante de ressenti : c'est la mise en mots de ce que l'on éprouve, pièce après pièce, en découvrant l'univers intime de ceux qui ont bien voulu nous laisser entrer chez eux.

L'enthousiasme des propriétaires, leur confiance et un respect mutuel sont source d'émotions fortes. C'est l'une des grandes satisfactions de ce métier.